Mère Noël et Père Noël

Courses effrénées dans les boutiques, et les parents s’efforcent de répondre aux désirs de leurs enfants : le rêve est présent, l’envie de donner de la joie et du plaisir ; la convivialité promise, et les traditions à honorer, portent les pensées et les affects.

            Les Pères Noël et les Mères Noël sont tous de bons parents : ils veulent ce qu’il y a de plus beau pour leurs petits, ils veulent que leur petits reçoivent au moins autant, sinon plus que ce qu’ils ont eux mêmes reçu de leur parents.

Capture d_écran 2017-12-13 à 13.20.50

            Il y a des Pères noël qui ne vivent plus sous le même toit que les Mères Noël… alors les cadeaux sont démultipliés ; parfois c’est pour l‘amour de soi, montrer qu’on est « pas déméritant ». Les « petits » en profitent aussi : ils apprennent à exploiter les faiblesses de Mère Noel et Père Noel…

Si vous les croyez innocents et purs, souvenez vous de votre enfance : vers qui alliez vous pour être sûr de satisfaire une demande, un désir ?….  N’est ce pas le moment de parler de cet « enfant intérieur » qui est enfoui au dedans de vous même ?

Capture d_écran 2017-12-13 à 13.19.34

            J’ai vécu récemment un épisode très émouvant avec une petite fille hospitalisée, Nora  ; un dialogue s’est noué au fil de la visite, dans l’intimité de la chambre

  • -« J’ai mal à la tête, se plaignait-elle ; j’ai mal à tout mon corps, je sais pas t’expliquer ….
  • – Tu as mal à la tête ? ..
  • –  là…
  • – Et aussi dans ton corps ?
  • oui..
  • As-tu l’impression que tu voudrais des choses et que tu es empêchée ?
  • Je ne voudrais plus être malade… j’en ai marre d’être malade; j’ai peur de rater la fête des écoles.. comme l’an dernier, tu sais quand j’étais tombée et que mon genou était blessé.. je veux aller au théâtre avec ma classe.
  • Je comprends bien ; tu veux guérir alors ?
  • Oui…
  • Et là tout de suite, de quoi aurais-tu besoin ? …
  • Maman, je veux maman à côté de moi… ( pleurs)
  • D’accord je vais la prévenir au téléphone ; elle rappellera dès qu’elle sera libre dans son travail.. ( câlin)
  • Et si tu demandais à la petite fille qui est au dedans de toi ?
  • Demander quoi ?
  • Je ne sais pas : demande lui ce dont elle a besoin, elle ?
  • … Comment je fais ?
  • Tu fermes les yeux, et tu poses ta question ; tu écoutes la réponse
  • Rien – j’ai pas de réponse … et puis elle n’existe pas ! c’est même pas vrai que j’ai une petite fille dans moi !
  • Ben, …écoute , moi j’en ai une !
  • …. et tu lui parles ?
  • Oui…
  • Quand tu es amoureuse qu’est ce qu’elle te dit ?
  • Que c’est chouette de rire et de parler ensemble… et alors, l’autre Michele qui est là avec toi, lui répond.
  • Qu’est ce qu’elle dit ?..
  • Elle dit, qu’elle est d’accord ; et elle rappelle à la petite fille, que ça s’est déjà passé une autre fois ; et elle lui dit aussi : qu’est ce que tu aimes tant chez cette personne ? comment tu sais qu’il sera toujours gentil ?
  • La petite fille alors ? elle y croit ?….
  • Oui elle est très têtue ; alors je lui rappelle comment elle ne veut voir que ce qu’elle a envie de voir ! et je la gronde pour qu’elle accepte de poser des questions sur sa vie … etc..
  • …….Oui ….. c’est drôle… j’ai entendu qu’elles avaient pas la même voix !
  • ……
  • ………
  • Michele, j’ai mal à mon cœur, c’est lourd là, ça fait mal …
  • … dis moi, c’est quoi ce poids qui fait mal ?
  • sanglots, papa, maman, papa maman,.. sanglots ….papa maman sanglots 
  • Tu as mal, parce que tu voudrais qu’ils revivent tous les deux ensemble?
  •  Oui… sanglots
  • Est ce que tu leur  as demandé ?…
  • Oui …..et ils ont dit « non »… sanglots….

…….Demander à des adultes de communiquer avec leur enfant intérieur, ressort de nos jours de la psychologie de comptoir ; il semble pourtant que notre enfant intérieur soit là, présent quand on le convoque ; peu importe votre âge, il y a un petit enfant qui a besoin d’amour et d’acceptation. Si vous êtes une femme, peu importe votre autonomie, vous avez une petite fille fleur bleue qui a besoin d’aide. Si vous êtes un homme, peu importe à quel point vous êtes macho, vous avez toujours un petit garçon à l’intérieur qui aspire à la chaleur et à l’attention à ses besoins, le besoin d’approbation.

Nier le besoin d’amour de cet enfant intérieur, c’est se priver de l‘apaisement , voire de la guérison des blessures douloureuses du passé. ( réveillées par une rupture traumatique) . Comment dès lors comprendre son propre enfant, lorsqu’il vit le désordre de ses pensées ( mal à la tête.. ) Faire intervenir la « raison » n’aide pas : la petite Nora va dénouer seule les nœuds de sa souffrance actuelle, si elle apprend à ordonner son chaos intérieur ; ses parents l’aideront, parce qu’ils aiment leur enfant ; ont-ils alors eux aussi   besoin de guérir leur propre enfant intérieur ? Quel que soit le contexte culturel, la réponse est « OUI ». Oui, Mère Noël et Père Noël, c’est le cadeau à inscrire sur votre liste ! c’est un peu de temps avec vous mêmes, à l’intérieur de vous mêmes. Stopper la rationalisation ( on a toujours des raisons d’avoir raison ! ) , s’interroger, se comprendre,  se pardonner, se libérer …

Communiquer avec notre enfant intérieur et faire savoir que nous acceptons la partie qui a fait toutes les choses stupides, la partie qui était drôle, la partie qui avait peur, la partie qui était très stupide et stupide – chaque partie de nous-mêmes. Guérir c’est aussi se libérer de la tyrannie des fausses croyances à notre sujet : les injonctions intérieures, qui sont les réflexes et les automatismes dont nous nous sommes peu conscients ( ou « mal conscients » ) Quand nous étions enfants, quand quelque chose n’allait pas, nous avions tendance à croire qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas chez nous. Les enfants développent l’idée que s’ils ne pouvaient que le faire correctement, alors les parents et les soignants les aimeraient, et ils ne les puniraient pas. Avec le temps, l’enfant croit: Il y a quelque chose qui ne va pas chez moi : je ne suis pas assez (bon) (beau) (aimable) (gentil) (intelligent) ( à la hauteur de ce qu’on attend de moi) etc… En vieillissant, nous portons ces fausses croyances avec nous : nous apprenons à nous rejeter…. et nous nous vivons rejetés.

Dans l’intimité de nos propres esprits, nous pouvons faire de nouveaux choix et penser de nouvelles pensées.

Aussi, rappelez-vous chaque jour que la culpabilité est simplement le sentiment associé à une pensée que vous avez fait quelque chose de mal. La honte est seulement un sentiment associé à une pensée que quelque chose n’allait pas avec vous.

Capture d_écran 2017-12-13 à 13.09.13

  • Epilogue de la conversation avec Nora ( huit ans)

    « – Papa, je veux te lire un poème qu’on a lu tout à l’heure avec Michele : l’oiseau vert »…

    IL était une fois                                                 du matin au soir

    un oiseau                                                            il criait

    que l’on avait                                                 que je suis malheureux !

    enfermé                                                            ah que je suis donc

    dans une cage                                                malheureux !

    comme il chante bien , disait la petite fille !

    Nora : «  tu vois, c’est comme les adultes ! ils entendent pas que les enfants sont malheureux et ils ne comprennent pas le chant ( elle siffle comme l’oiseau ..) : et ils disent comme ils chantent bien ces enfants ! « 

Capture d_écran 2017-12-13 à 13.10.42

Exercice : si vous êtes droitier, prenez un stylo dans la main gauche et écrivez tout ce que votre enfant intérieur a envie d’exprimer … relisez plus tard et méditez…

Si au contraire vous êtes gaucher, prenez un stylo de la main droite, et écrivez tout ce que votre enfant intérieur a envie d’exprimer…voici un échantillon de l’écriture!

lefebvremichele2@gmail.com

A suivre:

Y a -t-il une relation entre notre « enfant intérieur », et les « crash » amoureux ? 

gentil clown

vos commentaires vivement appréciés

 

Publicités

liberté de l’être

L’artiste Folon : Ce qu’il dit de lui 

le train de Folon-0

Au fond, je ne suis ni peintre, ni dessinateur, ni affichiste, ni écrivain, ni graveur. 
Je ne suis ni abstrait, ni figuratif. Je n’appartiens à aucune école.
Mon but n’est pas de figurer dans une histoire de l’art.
Je n’ai rien inventé, puisque je dois tout à tout le monde.
Je ne comprends pas mes images, et chacun est libre de les comprendre comme il veut.
J’ai seulement essayé de fixer mes propres rêves, avec l’espoir que les autres y accrochent les leurs.
Folon

elements &pars 1

Ce qu’on a dit de lui

Le 20 octobre 2005, Jean-Michel Folon a rompu les amarres avec cette terre des hommes à laquelle il a tant donné : son regard serein et tendre sur les êtres, le geste pur et clair de sa main pour les animer, les couleurs de sa palette pour les habiller de rêve, sa sympathie pour toutes les grandes causes de ce monde…

Inspirations

C’est juste un rappel, parfois ça éclaircit l’horizon de nos pensées, si proches des informations qui pleuvent et nous attristent aussi. Voici reproduites ses réponses au questionnaire de Proust : le moment de refaire un point avec vous même?

Ma vertu préférée Aimer la vie
Le principal trait de mon caractère La tolérance
La qualité que je préfère chez un homme  La bonté
La qualité que je préfère chez une femme La confiance
Mon principal défaut Un projet par jour
Ma principale qualité Les réaliser
Ce que j’apprécie le plus chez mes amis Donner
Mon occupation préférée
Regarder la vie
Mon rêve de bonheur Comprendre la vie
Quel serait mon plus grand malheur ?  Perde la vie
A part moi-même, qui voudrais-je être ? Un oiseau
Où aimerais-je vivre ? Ici ou ailleurs
La couleur que je préfère ?  Terre de Sienne brûlée
La fleur que j’aime La glycine
L’oiseau que je préfère
  L’albatros
Mes auteurs favoris en prose  Montaigne
Mes héros préférés Rimbaud
Mes héros dans la fiction  Roméo et Juliette
Mes héroïnes favorites dans la fiction Alice au pays des merveilles
Mes compositeurs préférés  Bach
Mes peintres préférés  Seurat
Mes héros dans la vie réelle Les artisans
Mes héroïnes préférées dans la vie réelle  Les amoureuses
Mes héros dans l’histoire Adam et Eve
Mes prénoms favoris Catherine et François
Ma nourriture et boisson préférées Pomme de terre, Bordeaux
Ce que je déteste par-dessus tout La jalousie
Le personnage historique que je n’aime pas Napoléon
Les faits historiques que je méprise le plus  Les conquêtes
Le fait militaire que j’admire le plus Supprimer un militaire
La réforme que j’estime le plus
  La fin de la peine de mort
Le don de la nature que je voudrais avoir  Nager comme un poisson
Comment j’aimerais mourir M’envoler
L’état présent de mon esprit Partager

lefebvremichele2@gmail.com