Le pouvoir du Juge injuste

Le Juge de Paix garantit-il l’harmonie sociale?

Peut-être vous êtes vous trouvé dans cette situation, où vous êtes condamné par la justice, pour avoir ignoré une Loi. Votre bonne foi n’est pas en cause, non. C’est votre ignorance qui est en cause. Et, vous en subirez les conséquences.

La justice des hommes, est ce que les hommes l’ont faite, avec ses imperfections ; néanmoins la justice est censée nous protéger en instaurant des règles et des limites à notre liberté en société. Plus avant elle préside, de plus en plus à la codification de nos agissements, pour circonvenir aux débordements de toute nature, et ainsi tendre à harmoniser nos rapports en société.anges

L’appareil de la Justice, nous concerne tous directement, dans notre vie personnelle. Ce qui est bien, juste, vrai et beau.. Forts de nos bonnes intentions, nous aurions tendance avec nos petits poings à frapper à la voute céleste , dans l’attente d’une harmonie totale, menant bien sûr à l’amour accompli : la Jerusalem céleste en quelque sorte . L’expérience nous apprend autre chose : ce que nous apprend l’approche de ce qui se passe – sur un certain nombre de sujets de société , c’est que la volonté subjective ( si nous la voyons d’une façon permanente ) ne peut que manifester sa propre division.

Gérer la paix sociale ( harmonie ) dans la diversité des opinions et des mécontentements   nous renvoie à la subjectivité collective, et aussi personnelle.

Qui est le Juge en nous ?

Ce qui nous intéresse ici est de faire connaissance du Juge en nous,

Faire sa rencontre est malaisée ; la plupart des gens ne l’ont jamais rencontré ; et pourtant il a un pouvoir immense : le pouvoir de nous aveugler, de nous rendre sourd, le pouvoir de geler les sensations de notre corps, le pouvoir de lever des émotions lourdes, extrêmement néfastes à l’ estime de vous même. Pourquoi ne le connaissons nous pas , ..ou mal ?

angéliqueParce que nous ne lui demandons jamais audience ! Ignorant des lois qu’il gardienne, nous pensons être du bon côté de la balance, jusqu’à la faute ; la faute c’est quand la vie contredit gravement notre compréhension des évènements qui se passent. Nous ne nous sentons plus en harmonie, ou en adéquation avec notre environnement , ou nos proches ; c’est parfois plus sévère : nous perdons notre équilibre et plus rien n’est vrai. Notre cerveau bloque, et ne trouve plus comment rétablir la cohérence, entre ce que nous comprenons des situations , et ce que nous ressentons à l’intérieur de nous ; le chaos, la perte de direction, la perte de repères, à un autre degré la perte de sens parfois.

Il arrive que la situation nous échappe, et quand nous ne savons plus , le Juge se manifeste : mais cette fois c’est pour nous qu’il parle : ses paroles sont acerbes, critiques, et rarement constructives ; son autorité n’est pas questionnable, et les émotions qu’il réveille, sont dans le registre de la peur : la peur de disparaitre (d’exister) la peur de déplaire ( ne pas être aimé ) la peur de manquer ( survie) la peur de n’être pas à la hauteur ( mauvais la peur d’être « inadapté »   la peur d’être rejeté, ( abandon) etc…

Le Juge ( notre Juge intérieur ) l se manifeste aussi quand tout va au plus mal  : la situation  nous déborde, et le doute nous envahit de façon obsessionnelle , il nous taraude jusqu’à épuisement de : pourquoi moi ? qu’est ce qui m’arrive ? comment puis je  m’échapper? ..

Quand ça va mal, la petite voix dans la tête , se manifeste: je suis « nul » , je ne « vaux rien » «  je ne suis pas à ma place » ! « je n’y arriverai jamais ! » et devant l’évidence de l’échec, d’autres litanies émergent : personne ne m’aime .. les variantes sont nombreuses :Je ne suis pas vu, Je n’existe pas, Je ne suis pas valorisé, Je ne suis pas unique, je n’ai rien de spécial, je ne suis pas différent des autres, Je ne contribue à rien, Mes contributions ne sont pas valorisées Je ne fais pas partie du groupe, Je peux facilement être remplacé… « Qui » penses-tu être? Tu n’es rien?, Tu ne devrais pas être ici, tu devrais te cacher/disparaître…

Tu ne devrais pas exister, Tu ne seras jamais assez bon Tu es un problème, Tu es pire que tout , Tu es nuisible et tu nous empêches d’avancer

Tu n’es pas le bienvenu, Tu ne mérites pas d’être ici ; Tu ne fais pas partie de notre groupe

 

 Avez-vous observé ces comportements , chez vous ?

Avez vous parfois ( souvent? ) relevé l’une de ces petites voix ?..  le juge intérieur

C’est comme une voix qui « parle à «  moi  » et qui se confond avec « moi » .. et qui finit par parler pour moi.

A chaque fois que nous échouons à réussir quelque chose, d’une simple maladresse à une faillite grave, le Juge se manifeste.. et nous sommes mis en demeure, sommés de nous relever de l’affront ! c’est bien votre sentiment de dignité qui est là inquiété !

Il s’avère que nous ne sommes pas aussi monolithiques que ça ! « Je » est un autre… nous avons besoin de cette vue « double » : regarder à l’intérieur de soi, voir ce que « je » sentais et la façon dont « je » comprends ce que je sentais . La conscience qui regarde le ressenti.

conscience

 Alors se pose la question du rôle de ce Juge en nous  ? Comment pouvons nous accepter d’être traités ainsi ? ( nullard, con ..etc )

Se pose aussi la question de notre liberté ? ( puisqu’il arrive à parler à notre place ! ) Serions nous aliénés ? Comment pouvons développer un sentiment de valeur personnelle, de confiance en nos capacités, si nous sommes ainsi maltraités par ce Personnage ? N’avons nous pas besoin de nous sentir quelqu’un dans ce monde ? « distingué » par les autres.. ??

Le maître mot : « distingué des « autres » avoir le sentiment de soi, d’être « unique » .

 Ce que nous comprenons là, c’est que ; le « je » existe par rapport au « tu existes » Et notre cerveau opère sans arrêt des calculs pour tester notre compatibilité à l’autre, aux autres, au monde qui nous entoure. Mais alors, comment opére – t- il, pour prendre des décisions, quand chacun fait prévaloir ses intérêts ? La complexité de notre monde intérieur est à l’identique de la complexité extérieure à nous ; confrontés à la diversité des opinions, la diversité des mécontentements, la diversité des frustrations, la multiplicité des revendications, la compilation des contraintes dans un temps court … ce sont les réflexes  identitaires, des réflexes de survie qui apparaissent : on craint la dissolution dans une masse devenue confuse, et il reste que chacune des parties clame son besoin de voir sa valeur confirmée, sa présence dans le groupe validée.

rythmes africiansTentons une première approche de réponse explicative : que nous apprend la sagesse africaine?

La sagesse africaine nous explique la difficulté d’harmoniser notre relation aux autres, et voilà comment on raconte l’histoire

Dieu a créé les Sages, les Hommes et les Cons

Puis il a pris les Sages et les a mélangés parmi les Sages, parmi les Hommes et parmi les Cons

Il a pris les Hommes et les a mélangés parmi les Sages et les Hommes et les Cons

Il a pris les Cons et les a mélangés parmi les Sages et parmi les Hommes et parmi les Cons

Et c’est quand les Cons se retrouvent parmi les Cons et qu’il leur revient la décision de décider , … que c’est la catastrophe !

Mais, qui est « ce petit con », ce « nullard  ?JUSTEMENT… IL N’EST PAS NOUS !!!

Le Con ( en nous,) c’est celui qui ne sait pas qu’il ne sait pas : il n’a aucune chance d’apprendre (arrogance)

Le Sage ( en nous) c’est celui qui sait qu’il ne sait pas : alors il peut apprendre (humilité)

L’humain, ( en nous ) c’est celui qui expérimente sa vie, comme le moyen de sa mort : il harmonise avec la lumière de son cœur, les zones d’ombre qui cachent des richesses ; il accepte les erreurs pour ce qu’elles lui apprennent de ses limites.

La question à traiter ; comment gérer toutes ces tensions qui existent en dehors de nous , si nous n’apprenons pas à gérer ces mêmes tensions à l’intérieur de nous ?

Qu’allez-vous opposer au Juge intérieur, pour parler de vos soucis, qui eux sont réels !

Il n’existe pas d’équilibre collectif, s’il n’y a pas de pondération individuelle ( prudence du Jugement )

( proposition qui tienne dans le temps?)

Suite au prochain épisode …

A qui donnons nous notre pouvoir ?

 

Envoi gracieux à qui en fait la demande  ( lefebvremichele2 @ gmail.com)

d’un article,  étude de cas ( Casse de la Caisse d’Epargne de Marseille )

Les challengers, dont la compétence est largement avérée,  écoutent leur Juge intérieur,  et plantent leur stratégie..

ça arrive aux meilleurs !

 

vos commentaires vivement appréciés

vos commentaires vivement appréciés

Publicités
Poster un commentaire ou un rétrolien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :