Mon cerveau est très coopératif

Le zapping des tableaux de votre vie est constant : entre votre emploi , l’organisation de votre vie personnelle,   l’administration de la vie matérielle, le traitement des mails ou les notifications de vos amis , sans parler des sollicitations du smartphone .. toutes ces occupations répétées peuvent vous laisser un sentiment de harassement ; vous enfilez les rendez vous, et au final, il vous devient impossible de trouver la concentration nécessaire à faire le point : vous vous sentez perdu; l’impression est que le temps file et vous échappe, et vous finissez par courir derrière le train de vos rêves… Plus vous accélérez, et moins vous accomplissez ce que vous vous étiez promis. Vous devenez par moments absent à vous même, et dans l’impossibilité d’arrêter le flux de vos pensées et de vos soucis. Et ces pensées obsessionnelles butent sur le même mur.. au point d’en rêver la nuit.

La vie « moderne » nous accule à subir des contraintes de plus en plus nombreuses, et beaucoup de gens luttent avec cela. En fait le cycle ne s’arrêtera pas …jusqu’à ce que vous commenciez à ralentir et interroger votre contenu de vie….lit-dhopital

Parfois, c’est une alerte de santé qui invite à réfléchir : mais souvent, cela ne suffit pas ! C’est que le plein d’occupations, est cela même qui nourrit la compulsion et le besoin de remplir l’agenda.

Il y a cette histoire qu’on raconte aux managers, venus se former à la « gestion du temps » :

«  le remplissage du vase »vase-bleuUn jour, un vieux professeur de l’École nationale d’administration publique (ENAP) fut engagé pour donner une formation sur La planification efficace de son temps à un groupe d’une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies nord-américaines. Ce cours constituait l’un des cinq ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof n’avait donc qu’une heure pour « passer sa matière « .Debout, devant ce groupe d’élite (qui était prêt à noter tout ce que l’expert allait enseigner), le vieux prof les regarda un par un, lentement, puis leur dit : « Nous allons réaliser une expérience ». De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof sortit un immense pot d’un gallon (pot de verre de plus de 4 litres) qu’il posa délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit environ une douzaine de cailloux a peu près gros comme des balles de tennis et les plaça délicatement, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu’au bord et qu’il fut impossible d’y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda : »Est-ce que ce pot est plein? ».
Tous répondirent : « Oui ». Il attendit quelques secondes et ajouta : « Vraiment? ». Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de graviers s’infiltrèrent entre les cailloux… jusqu’au fond du pot. Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et redemanda: « Est-ce que ce pot est plein? ». Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège. L’un d’eux répondît: « Probablement pas! ». » Bien! » répondit le vieux prof. Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table une chaudière de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier. Encore une fois, il demanda : « Est-ce que ce pot est plein?« .
Cette fois, sans hésiter et en choeur, les brillants élèves répondirent : »Non! ». »Bien! » répondît le vieux prof. Et comme s’y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d’eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu’à ras bord. Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda : « Quelle grande vérité nous démontre cette expérience?
 Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours, répondît : « Cela démontre que même lorsque l’on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire « . »Non » répondit le vieux prof. « Ce n’est pas cela.
 La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante: si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous ensuite ». Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l’évidence de ces propos. Le vieux prof leur dit alors : « Quels sont les gros cailloux dans votre vie? » » Votre santé? » » Votre famille? » » Vos ami(e)s? » » Réaliser vos rêves? » » Faire ce que vous aimez? » « Apprendre? » « Défendre une cause? » « Relaxer? » « Prendre le temps…? » »Ou… toute autre chose? » « Ce qu’il faut retenir, c’est l’importance de mettre ses GROS CAILLOUX en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir…sa vie. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n’aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie. Alors, n’oubliez pas de vous poser à vous-même la question : »Quels sont les GROS CAILLOUX dans ma vie? « Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (vie) »D’un geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire et lentement quitta la salle.

Quand il s’agit d’argent, il est clair que n’importe quel gestionnaire vous expliquera qu’on ne peut rien gérer sans budgéter les besoins ! Si on dépense l’argent au fil des demandes ou des plaisirs, les limites du crédit sautent, et le banquier vous réveille brutalement. A « quoi » correspond cet écart de trésorerie ? ( il ne s’agit plus de lister les dépenses, mais du motif qui a conduit aux dépenses ! )

Quand il s’agit de la gestion du temps, nous posons les mêmes pré supposés : quels sont les « gros postes budgétaires » de votre vie ? Comment les placez-vous dans votre agenda ?

Si vous ne placez pas les gros cailloux en premier, dit le Professeur, alors vous ne remplirez jamais le vase !

licorne

Votre cerveau est très coopératif

C’est une « loi » que les scientifiques n’expliquent pas : mais si vous provisionnez les « gros cailloux » sur la ligne du temps, en terme de planification, vous allez avec une très forte probabilité d’atteindre les 80% de réalisations ( les 20% restants représentent les aléas, imprévisibles) Essayez, et vous le constaterez.

C’est un exercice auquel on soumet les coureurs automobiles, lors de la reconnaissance du circuit de la course ; puisque la victoire se joue à la seconde près, le copilote va préparer le (cerveau ) du pilote à prendre le virage, avant que le regard du pilote le perçoive dans son champ visuel ; ainsi il négocie le virage sans surprise et sans ralentissement, collant le bolide à la courbe de la piste.

Il semble ainsi que si nous préparons (consciemment) notre cerveau à identifier les « gros cailloux », il ajustera presque automatiquement les opportunités et favorisera nos préférences de vie. C’est vraiment une question de « conscience ». On n’aime pas ce qu’on voit mais on voit ce qu’on aime.
Il n’est pas requis de renoncer à votre vie actuelle pour atteindre une paix intérieure (satisfaire des choix conscients ?..) Vous avez seulement besoin d’apprendre comment structurer votre vie de la manière qui vous permet d’être plus attentif à ce qui vous importe et ainsi nourrir à la fois votre vie intellectuelle, affective et physique.(voire spirituelle). La façon dont vous orientez votre attention, détermine l’importance des questions qui se présentent . Vous apprendrez à dire « OUI » à vous même, …avant de dire systématiquement « OUI » aux sollicitations extérieures incessantes …

Votre cerveau fera le tri, s’il a reçu des consignes…ane-bleu

lefebvremichele2@gmail.com

Publicités
Poster un commentaire ou un rétrolien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :