Author Archives: Michele L

Consultante et Coach
S’équiper pour gérer son savoir, ses talents et son expérience

Pourquoi as-tu oublié d’oublier?

Un rendez-vous secret (M Darwich)

J’ai fermé la porte, mis la clef dans ma poche, fermé les volets et tiré les rideaux. J’ai dépoussiéré le miroir, le guéridon, nettoyé mes lunettes, émondé les fleurs du vase, choisi les nocturnes de Chopin, débranché le téléphone pour éviter que mon amie ne m’interroge l’air de rien sur mes projets pour la soirée.

Comment lui dire que j’ai un rendez vous avec moi-même? Puis je me suis répété que la nuit, comme le monde n’était plus un lieu sûr..et j’ai attendu sans inquiétude mon rendez -vous. j’ai versé du vin rouge dans deux verres, et pensé même à ce que je dirais à ma visiteuse, ma propre personne. J’ai anticipé sa façon de me mettre à nu, de faire tomber mes masques par une question ironique; Depuis quand ne nous sommes-nous pas rencontrés ? Je répondrai : depuis que je suis plein de toi et que tu es pleine de moi , depuis que tu t’es réfugiée dans l’image que j’ai de toi, et que je me suis réfugié dans l’image que tu as de moi. Elle me demandera : Mais alors pourquoi n’as-tu pas oublié d’oublier? Je lui dirai : Pour que les coïncidences ne me dérobent pas aux possibles sur le chemin vers ton inconnu. Elle dira : Je ne te comprends pas. Je dirai : Moi non plus. Le monde n’est plus un lieu sûr.J’ai besoin de toi comme d’une rédemption. Pourquoi as-tu tardé au rendez-vous ? dira-t-elle. Quel rendez-vous? Celui-ci. Tu as oublié? Mais je n’entendrai pas sa réponse. Je regarderai son verre et ne la trouverai pas. Elle aura bu mon verre et et se sera enivrée.

J’ai alors dit : Je suis seul dans mes habits. J’ai rebranché mon téléphone , appelant mon amie implorant: Viens à moi. Elle me répondit : Je ne peux sortir de chez moi car j’ai un rendez-vous secret avec ….moi.

 



Les rendez vous secrets avec « soi »?

Pour gérer le stress, vous trouverez sur Internet de nombreux guides gratuits et très bien faits. La méditation***  est  l’une des pratiques dont le succès s’amplifie : pour « se vider la tête » , ou pour apprendre à se distancier du trop plein d’émotions;  il n’existe pas de recette idéale, ni de recette tout court pour trouver la paix intérieure et tendre à la satisfaction de tous nos désirs.

*** La méditation  ne consiste pas à ne penser à rien, mais plutôt à réorienter son attention, soit de façon ciblée, vers un ou plusieurs éléments du présent (ses sensations, sa respiration ou tout autre phénomène psychologique tel que la douleur, ou le bien-être), soit de façon non ciblée, en ouvrant sa vigilance et ses sens à tous les éléments de l’instant présent, au fur et à mesure de leur entrée en scène (bruits, pensées, souvenirs, température ambiante, projets, sentiments, position du corps…).

L’exercice d’introspection a un autre objet :  apprendre à dialoguer « avec  « soi » , tomber les masques, … affronter le vide, ou le chaos du moment et dépasser la dualité apparente des propositions… .Complémentaire d’autres techniques de relaxation, l’introspection a pour ambition de défaire les noeuds dans lesquels notre psyche est enfermée. Pour donner sens à nos épreuves, ou simplement nos chaos émotionnels : nous avons besoin de comprendre, et ainsi asseoir un sentiment de sécurité intérieure.

Pourquoi n’as-tu pas oublié d’oublier?.. parce que j’étais plein de toi, et que tu étais pleine de moi…

Double ressort? ….a quel moment brisons nous le cercle de l’oubli?

… Se dédoubler pour entrevoir nos paradoxes ..

Essayez l’exercice ( et partagez! ) vous constaterez que les parties en présence n’ont pas le même objectif, ni les mêmes émotions  …)

Voici un homme qui voudrait oser et qui, je le crois, est fasciné par le fait que j’ose oser  ( l’un justifie son désir,…. l’autre prolonge le désir )

Schoppenhauer disait déjà ( bien avant le développement de la psychanalyse) que nous disposons d’une connaissance extraordinairement riche de notre corps ( objets matériels qui existent dans le temps et l’espace); il ne s’agit pas d’une connaissance issue de notre appareil perceptif et intellectuel, mais d’une connaissance directe, provenant de l’intérieur, issue des sensations. De notre corps, nous tirons une connaissance que nous ne pouvons ni conceptualiser, ni communiquer parce que la plus grande partie de notre vie intérieure nous demeure inconnue. Nous la réprimons, nous l’empêchons d’affleurer à la conscience, car connaître notre nature profonde ( notre cruauté, notre peur, notre envie, notre désir sexuel, notre agressivité, notre ego-centrisme ) nous dérangerait au delà du supportable….

Comment comprenons nous ces forces inconscientes, comment les communiquons nous  aux autres?..Aux yeux de Schopenhauer, ces schémas sont transmis directement, sans passer par les mots, grâce à l’art, notamment la musique…

Quelle conclusion Schopenhauer tira-t-il de sa connaissance intérieure du corps? Qu’il existe, en nous et dans toute la nature, une implacable et insatiable force primaire à laquelle il donna le nom de « volonté« . « Cet effort qui constitue le centre, écrit-il, l’essence de chaque chose, c’est au fond le même, nous l’avons depuis longtemps reconnu… prend le nom de volonté. est-elle arrêtée par quelque obstacle dressé entre elle et son but du moment : voilà la souffrance... »

Nous voulons, nous voulons, nous voulons, nous voulons. Pour chaque besoin qui affleure à la conscience, dix autres attendent, tapis dans l’ombre de l’inconscient. Nous  sommes implacablement entraînés par la volonté, car une fois un besoin satisfait, il est vite remplacé par un autre besoin, puis encore un autre, et ainsi de suite pendant toute notre vie…

Au seuil de la rentrée… voulons nous reproduire le cycle du mouvement incessant…pour échapper à la terreur de l’ennui?

…ou trouver un chemin de liberté..?

Lefebvremichele2@gmail.com

vos commentaires vivement appréciés

 

Publicités

le narcisse et le tournesol

Poème de M.Darwich

Point de vue : la différence entre le narcisse et le tournesol est celle qui distingue deux façon de voir. Le premier regarde son image dan l’ondée et dit : « il n’y a que moi »

Le second regarde le soleil et dit : je ne suis que ce que je  vénère.

Et dans la nuit la différence se réduit , et s’amplifie l’exégèse ….

Qui choisissons nous d’être?

Quelle réalité choisissons nous ? ( pour les anglicistes )

https://embed.ted.com/talks/anil_seth_how_your_brain_hallucinates_your_conscious_reality

lefebvremichele2@gmail.com