Category Archives: faire un choix

Barbarie ordinaire et pensée totalitaire

Puisque les allemand ont commis des actes monstrueux, c’est que ce sont des monstres : pas du tout ! dit Boris Cyrulnik,  ce crime incroyable est arrivé dans un des pays les plus cultivés d’occident, l’un des pays les plus progressistes d’occident, la belle culture allemande, la belle culture germanique, et bien, c’est là qu’a été commis l’un des plus grands crimes contre l’humanité….même s’il y en a eu d’autres… C’était un peuple cultivé, c’est à dire que l’explication par la barbarie, qu’on entend actuellement et qui revient,, n’est pas pour moi  une explication …

….Certains  ont commis des actes monstrueux et c’étaient des gens cultivés, des gentils papas, des gentilles mamans, avec des vraies familles, des sportifs, des artistes, des scientifiques… alors je me suis dit « il faut penser autrement, et chercher à comprendre autrement –  » Comment un acte monstrueux comme ça ,a-t-il pu être pensé? »

Boris Cynulrik , dans la conférence suggérée pour votre liste de lecture, en annexe, retrace à l’aide d’exemples, un bout de l’histoire de la psychiatrie.  B. Cyrulnik se nomme lui même comme archéo psychiatre : 50 ans de fréquentation avec les biologistes, les neurologues et les psychiatres, le monde de la recherche,  l’amènent à confronter la « doxa », qui colle à chaque époque de l’histoire, y compris celle qui préside au développement des Sciences; et s’il nous fallait des exemples de l’obscurantisme, tel qu’il se présente encore dans notre monde moderne, il nous en offre un échantillonnage vertigineux : pourrions nous aussi, les « gentils » papas et les « gentils » managers », et les « gentils » responsables d’organisations, muter sans transition dans le versant « barbare? »

Encore un extrait?…

Rudolf Hoes, directeur du camp d’extermination tristement célèbre à Auchwitz, (Pologne) était aussi une personne de bonne éducation, etc… il écrit  » j’ai passé à Auchwitz les plus belles années de ma vie ! Comment expliquer cela? .. je m’entendais bien avec ma femme;, nous formions un couple qui marchait bien, on avait quatre enfants et on s’en occupait avec amour; on se cultivait et on avait une belle maisonnette à l’entrée du camp.

Auchwitz.png

J’ai passé à Auchwitz les plus belles années de ma vie! Un début de réponse apparaît, c’est que dans son esprit à lui, il avait passé des diplômes, il faisait bien son travail qui était difficile : il fallait brûler 10 000 personnes par jour , tenir les cadences ,et ce n’était pas un métier facile, et si je souligne ça ( Boris C) , c’est que ça vous paraît absurde! Mais c’est comme ça qu’il faut le dire, je crois : en se soumettant à une « doxa » sans critique possible, un langage totalitaire qu’il avait absorbé, qu’il avait intériorisé, qui lui avait permis d’avoir son « poste à responsabilités », il avait perdu tout esprit critique; pour lui il s’occupait bien de sa famille et il faisait un travail bien difficile : 10 000 corps à brûler chaque jour !

C’est possible que quelqu’un de cultivé et « gentil papa », « gentil mari », puisse commettre un crime sans aucune conscience de son crime? Il ne faisait qu’obéir ! Les inculpés de Nuremberg, tel Eichman, disaient « je ne suis coupable de rien, je n’ai fait qu’obéir »!il répétait ça comme un slogan.

Le seul moyen d’éviter cela est de critiquer systématiquement, et surtout prendre du recul pour garder ma capacité de jugement : j’entends que quelqu’un me propose une théorie, un autre témoignage?.. il faut que je voyage et rencontre d’autres systèmes politiques et relationnels , que je cherche à comprendre chacun d’eux , même si les idéologies sont différentes, même si les histoires et les cultures sont différentes, il faut que je cherche à comprendre, pour ne pas me soumettre à la théorie d’un Chef qui va me dire: nous seuls détenons la Vérité – les autres sont des « mécréants » qu’il est moral de tuer

Bonne lecture à tous – comme moi peut-être,  écouterez-vous  les infos avec plus de distanciation.

lefebvremichele2@gmail.com

gentil clown

tellement important

 

 

Publicités

Deviens qui tu es

QUI SUIS JE? ……
Le lanceur de dès
Qui suis-je pour vous dire
ce que je vous dis,
moi qui ne fus pierre polie par l’eau
pour devenir visage
ni roseau troué par le vent
pour devenir flûte…
Je suis le lanceur de dès.
Je gagne des fois, je perds d’autres fois.
Je suis comme vous
ou un peu moins…
Je suis né près du puits
et des trois arbres solitaires telles des nonnes.
Je suis né sans flonflons ni sage-femme.
J’ai reçu mon nom par hasard,
par hasard,
appartenu à une famille,
et hérité de ses traits, ses caractères
et ses maladies :
Premièrement : Problèmes artériels et hypertension.
Deuxièmement : Pudeur devant le père, et la mère et la grand-mère arbre.
Troisièmement : Illusion que la grippe se guérit par une infusion chaude de camomille.
Quatrièmement : Paresse à évoquer l’antilope et l’alouette.
Cinquièmement : Ennui durant les nuits d’hiver.
Sixièmement : Inaptitude flagrante au chant.
Je n’étais pour rien dans ce que je fus.
Le hasard m’a fait de sexe masculin…
par hasard j’ai vu l’astre lunaire,
pâle tel un citron,
courtiser les femmes encore réveillées
et je n’ai pas fait d’effort pour trouver
un grain de beauté
au plus intime de mon corps !

(…)

J’ai la chance de dormir seul,
d’écouter ainsi mon cœur,
de croire en mon talent à déceler la douleur
et appeler le médecin,
dix minutes avant de mourir,
dix minutes suffisantes pour revivre
par hasard et décevoir le néant.
Mais qui suis-je pour décevoir le néant ?

Mahmoud Darwich. Extrait de « le lanceur de dés »

 

 

 

https://poesiemuziketc.wordpress.com/2013/02/11/mahmoud-darwich-poemes/