Le concept de l’efficience lié à la gestion du temps

citoyens du monde

Les responsables d’entreprises,  aujourd’hui, à tous les niveaux de hiérarchie , cherchent des solutions pratiques, face à des problèmes pratiques. L’encadrement financier qui préside désormais à la compétition devenue mondiale,  encourage des projections à court terme, et contraint à réfléchir de nouvelles règles, pour équilibrer des systèmes en repensant la hiérarchie des priorités.  C’est que le modernisme a changé de contenu, et par là même, a généré des systèmes qui deviennent incontrôlables. Le gigantisme, adossé à des moyens technologiques performants, et à la nouvelle communication, bouleverse l’ordonnancement des nations.

De façon générique, trouver sa juste place dans le monde est autant le souci des organisations, des entreprises, que des personnes, aujourd’hui bousculées par l’instantanéité et l’affolement des horloges, créant une confusion croissante, et la crainte du devenir

La combinaison des approches cognitives et celles de la complexité ( le monde du vivant), en l’état de l’art, nous enseignent des postures humbles et respectueuses,mais participent néanmoins à introduire de l’intelligibilité dans la complexité et la marche des affaires.

Dans certaines traditions antiques, les « sages » ou les »grands  prêtres » avaient cette mission de réfléchir notre existence: j’aime à titre d’exercice reprendre une classification qui vaut pour le temps de l’investigation, mais parle bien des « traversantes » de notre identité au monde : comment, au travers des cultures et des temps historiques différents, s’articule notre pensée et notre relation au monde?

la relation de l’homme à la terre,

la relation de l’homme à la société

la relation de l’homme au principe féminin

la relation de l’homme au temps

la relation de l’homme et de la mort

la relation de l’homme au sacré ( au sens? à la pulsion évolutive? )

Le parti pris est de penser la complexité, et les multiples liens qui agissent un système. L’argent est un outil, un symbole, et une traversante des modes d’échange.

les priorités et l'essentiel

Choisir le concept du temps ( la vie au travail, la vie personnelle etc..)

comme socle des développements, et des réajustements demandés : le décalage entre les vécus subjectifs des acteurs et la réalité objectivée, des situations à un instant « t »,  permet d’installer la cohérence dans l’organisation ( système ou sous- système). Vous pouvez imaginer toutes les réformes, tous les changements, si la « ressource temps, comme / ressource qualifiée » est absente du plan, votre rêve échoue .

Il existe des corrélations mesurables entre la motivation des acteurs et la création de valeur pour l’organisation.

la motivation des acteurs / la création de valeur pour l’organisation

confiance / soutien                                             valeur ajoutée et productivité

Autre façon de parler de l’ efficience et introduire sans trahir la culture du groupe, ou de l’individu social, le découpage idéal du temps travaillé.

Nous sommes tous conditionnés par notre éducation et les représentations du monde que nous partageons, participent à nos façons de vivre le monde. Nous ne pourrons pas aborder les prochaines décades avec des modes pensée qui ont servi le siècle dernier ; sans qu’il soit besoin de porter des jugements de valeur, il semble évident que la croyance au Progrès humain, à la supériorité de la « civilisation occidentale »,  demandent à être nuancés, et révisés à l’aulne de  perspectives plus viables pour les citoyens du monde. La question de notre « identité de citoyen du monde » est à l’ordre du jour, et encore plus, celle de notre responsabilité devant les choix qui nous s’ouvrent à nous.

L’expérience humaine est comparable, du point de vue de notre « cécité », à ce qui se passe,  à celle de chatons qu’on a enfermés dans des boîtes juste après leur naissance : la première boite blanche à l’intérieur était striée de bandes noires horizontales; la seconde blanche également était striée de bandes verticales noires; la troisième entièrement blanche. Après 3 jours les chatons sont sortis et ont eu des comportements conformes aux premières  impressions optiques , (neurologie ) : ceux qui sortaient  de la première boite, butaient sur des obstacles verticaux qu’ils ne voyaient pas; les seconds à l’inverse butaient sur des obstacles horizontaux qu’ils ne connaissaient pas; quant aux derniers, ils butaient sur tous les obstacles…

penser autrement

Le propos de ce blog est de provoquer des interactions, productives de valeur ajoutée . De vous aider à réfléchir différents aspects de votre vie professionnelle, familiale, sociale ou personnelle..Et si vous le décidez d’apprendre à apprendre…Nous ne promettons par le bonheur, bien qu’il soit à votre portée, nous ne promettons pas la richesse, bien que les règles soient les mêmes, selon qu’on parle de richesse humaine, ou richesse matérielle, ( c’est une question de focus de l’attention) mais nous vous promettons de nous intéresser à VOUS. Et plus encore….

Le socle de la  « découverte » de soi, en relation avec les autres et le monde, se veut « fondé » en l’état de l’art, sur des approches menées par des universitaires et des scientifiques, les apports des récents développements de l’intelligence artificielle, la cybernétique, la physique quantique, les théories du chaos … etc… nos modes de connaissance du monde se croisent et se recoupent.

La découverte qui vous sera proposée, est un cheminement, jalonné de prises de conscience personnelles, ou collectives. Aucun dogme, ni  prétention à une vérité absolue, ne président aux méthodes proposées pour travailler ; les théories issues des dernières recherches ( cognitives, complexité, du vivant, cybernétique,  psychologie quantique ) sont citées au travers une bibliographie de référence, à laquelle chacun pourra se reporter,  et appliquer son esprit critique. Lorsque j’ai moi même abordé ce travail  de « clarification identitaire « avec S Wolynski ( PH US)  – la règle était : laissez vous expérimenter les propositions ; apprenez, partagez vos feed back – sans jugement de valeur – et restez libre de vos représentations, de vos croyances et convictions personnelles…

Un grand appétit de liberté m’anime – et ma motivation ( formatrice et coach) est de transmettre des savoir, des savoir- faire,  et contribuer, par  une meilleure intelligibilité de soi et des affaires du monde, à agir en conscience et responsabilité. La liberté n’existe pas, c’est un concept, mais ma liberté s’éprouve en l’exerçant.Néanmoins, nous n’enseignerons pas la philososophie, mais travaillerons de façon concrète sur des aspects très pratiques de notre vie .Nombre des personnes que j’ai croisées à titre professionnel, ont apprécié découvrir  des « modes opératoires , qu’on appelle des « processus, » parce qu’ils sont « descriptibles » , pour sortir des impasses de vie, de s’autoriser ( enfin)  des décisions importantes, d’équilibrer leur temps de vie professionnelle et personnelle, de déposer des bagages qui alourdissaient leur quotidien… dans tous les cas c’est voir plus loin, plus léger , plus ouvert, et plus joyeux, c’est .. plus quelque chose! Le ticket d’entrée c’est une question ( un problème de vie ) qui fait sens pour la personne.

Inversement, j’ai rencontré des jeunes gens, qui me demandaient : « mais Michele, quand tout va bien dans notre vie, travail, amour et argent, « pourquoi entreprendre une « clarification de notre histoire » ; il existe bien sûr des zones d’ombre… mais nous n’avons pas envie de les mettre à jour…

Posons la question autrement :

« Qu’ai-je à apprendre de mes succès? en quoi je peux contribuer, par mes talents à créer de la valeur dans le monde? »..

La question « pourquoi » appelle des « justifications » , des « raisons« …. qui aime produire des justifications? (  aimez-vous les donneurs  de leçons?..)

La question  » en quoi  » interroge les valeurs de vie, et ouvre le dialogue…. ( en quoi …. ceci, ou cela ..est si  important? .. Avec cette question ( EN QUOI) toutes les « raisons » sont entendables, dès lors qu’elles sont attachées à un contexte… pas acceptables si elles violent les règles du groupe, et au delà  éthiques …. )

Partant de la construction personnelle de notre réalité, nous apprendrons à reconnaître les processus agissants dans notre « psycho – logique ».

Comment,  quand nous sommes « agacés » « dérangés » « épuisés » par la répétition des mêmes problèmes, nous pouvons agir concrètement , en identifiant « des conditionnements  émotionnels » qui nous engluent dans une réactivité permanente..

Comment , se défaire de nos peurs, ( celle de faillir, celle de ne pas être à la hauteur, celle de démériter, celle d’avoir honte .. etc..) et au contraire capitaliser nos succès, nos talents ..

Comment se risquer, devenir audacieux, alors même que notre zone de confort est menacée : apprendre à décoder les « signaux » de notre corps, de notre intuition,  et prendre au sérieux  les alertes qui nous signalent que nous avons quelque chose à apprendre.

nota : l’alerte, ou le signal sont perçus différemment suivant les personnes; le seuil de l’explosion ( ou de l’implosion ) est variable…A défaut d’être reconnu, le signal se manifestera par la somatisation ( le corps parlera).

Dans la sphère professionnelle, nous apprenons les processus, qui suivent des schémas identifiables : vous êtes le co-acteur des découvertes.. Une autre façon de penser l’organisation, à partir  du vivant ( à commencer par vous  et toutes les parties qui composent votre personne ) est une des  résultantes les plus valorisantes. l’installation de la confiance est sans doute à ce prix. J’aime utiliser le concept « d’altérité éthique » qui cadre les analyses.

Comment développer les projets avec le groupe : le langage du changement

upside down

 

La carte de la critique positive

La gestion du stress – (les conflits de motivation en jeu ) inventorier la charge mentale

La gestion du temps de vie au travail ( le concept de l’orange ) et la politique des résultats

Un parti pris ( pré-supposé ) :  définition reprise aux chercheurs du groupe l’AE-MCX ( l’Association MCX « Programme Européen de Modélisation de la Complexité » )

L’être humain n’est pas défini par son corps physique individuel mais par son appartenance à la classe des êtres humains, classe caractérisée par sa mémoire archétypale éternelle d’Homme ( altérité éthique) .Chaque être humain est porteur de qualités spécifiques de l’Homme qui font de lui un être unique. Chacun d’entre nous éprouve son identité dans l’altérité.

Bienvenue à ceux qui ne se contentent  pas d’une vision purement matérialiste ( économique et financière) du monde

Vos commentaires et votre éclairage sont les bienvenus

tellement important

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :