liberté de l’être

L’artiste Folon : Ce qu’il dit de lui 

le train de Folon-0

Au fond, je ne suis ni peintre, ni dessinateur, ni affichiste, ni écrivain, ni graveur. 
Je ne suis ni abstrait, ni figuratif. Je n’appartiens à aucune école.
Mon but n’est pas de figurer dans une histoire de l’art.
Je n’ai rien inventé, puisque je dois tout à tout le monde.
Je ne comprends pas mes images, et chacun est libre de les comprendre comme il veut.
J’ai seulement essayé de fixer mes propres rêves, avec l’espoir que les autres y accrochent les leurs.
Folon

elements &pars 1

Ce qu’on a dit de lui

Le 20 octobre 2005, Jean-Michel Folon a rompu les amarres avec cette terre des hommes à laquelle il a tant donné : son regard serein et tendre sur les êtres, le geste pur et clair de sa main pour les animer, les couleurs de sa palette pour les habiller de rêve, sa sympathie pour toutes les grandes causes de ce monde…

Inspirations

C’est juste un rappel, parfois ça éclaircit l’horizon de nos pensées, si proches des informations qui pleuvent et nous attristent aussi. Voici reproduites ses réponses au questionnaire de Proust : le moment de refaire un point avec vous même?

Ma vertu préférée Aimer la vie
Le principal trait de mon caractère La tolérance
La qualité que je préfère chez un homme  La bonté
La qualité que je préfère chez une femme La confiance
Mon principal défaut Un projet par jour
Ma principale qualité Les réaliser
Ce que j’apprécie le plus chez mes amis Donner
Mon occupation préférée
Regarder la vie
Mon rêve de bonheur Comprendre la vie
Quel serait mon plus grand malheur ?  Perde la vie
A part moi-même, qui voudrais-je être ? Un oiseau
Où aimerais-je vivre ? Ici ou ailleurs
La couleur que je préfère ?  Terre de Sienne brûlée
La fleur que j’aime La glycine
L’oiseau que je préfère
  L’albatros
Mes auteurs favoris en prose  Montaigne
Mes héros préférés Rimbaud
Mes héros dans la fiction  Roméo et Juliette
Mes héroïnes favorites dans la fiction Alice au pays des merveilles
Mes compositeurs préférés  Bach
Mes peintres préférés  Seurat
Mes héros dans la vie réelle Les artisans
Mes héroïnes préférées dans la vie réelle  Les amoureuses
Mes héros dans l’histoire Adam et Eve
Mes prénoms favoris Catherine et François
Ma nourriture et boisson préférées Pomme de terre, Bordeaux
Ce que je déteste par-dessus tout La jalousie
Le personnage historique que je n’aime pas Napoléon
Les faits historiques que je méprise le plus  Les conquêtes
Le fait militaire que j’admire le plus Supprimer un militaire
La réforme que j’estime le plus
  La fin de la peine de mort
Le don de la nature que je voudrais avoir  Nager comme un poisson
Comment j’aimerais mourir M’envoler
L’état présent de mon esprit Partager

lefebvremichele2@gmail.com

Publicités

Barbarie ordinaire et pensée totalitaire

Puisque les allemand ont commis des actes monstrueux, c’est que ce sont des monstres : pas du tout ! dit Boris Cyrulnik,  ce crime incroyable est arrivé dans un des pays les plus cultivés d’occident, l’un des pays les plus progressistes d’occident, la belle culture allemande, la belle culture germanique, et bien, c’est là qu’a été commis l’un des plus grands crimes contre l’humanité….même s’il y en a eu d’autres… C’était un peuple cultivé, c’est à dire que l’explication par la barbarie, qu’on entend actuellement et qui revient,, n’est pas pour moi  une explication …

….Certains  ont commis des actes monstrueux et c’étaient des gens cultivés, des gentils papas, des gentilles mamans, avec des vraies familles, des sportifs, des artistes, des scientifiques… alors je me suis dit « il faut penser autrement, et chercher à comprendre autrement –  » Comment un acte monstrueux comme ça ,a-t-il pu être pensé? »

Boris Cynulrik , dans la conférence suggérée pour votre liste de lecture, en annexe, retrace à l’aide d’exemples, un bout de l’histoire de la psychiatrie.  B. Cyrulnik se nomme lui même comme archéo psychiatre : 50 ans de fréquentation avec les biologistes, les neurologues et les psychiatres, le monde de la recherche,  l’amènent à confronter la « doxa », qui colle à chaque époque de l’histoire, y compris celle qui préside au développement des Sciences; et s’il nous fallait des exemples de l’obscurantisme, tel qu’il se présente encore dans notre monde moderne, il nous en offre un échantillonnage vertigineux : pourrions nous aussi, les « gentils » papas et les « gentils » managers », et les « gentils » responsables d’organisations, muter sans transition dans le versant « barbare? »

Encore un extrait?…

Rudolf Hoes, directeur du camp d’extermination tristement célèbre à Auchwitz, (Pologne) était aussi une personne de bonne éducation, etc… il écrit  » j’ai passé à Auchwitz les plus belles années de ma vie ! Comment expliquer cela? .. je m’entendais bien avec ma femme;, nous formions un couple qui marchait bien, on avait quatre enfants et on s’en occupait avec amour; on se cultivait et on avait une belle maisonnette à l’entrée du camp.

Auchwitz.png

J’ai passé à Auchwitz les plus belles années de ma vie! Un début de réponse apparaît, c’est que dans son esprit à lui, il avait passé des diplômes, il faisait bien son travail qui était difficile : il fallait brûler 10 000 personnes par jour , tenir les cadences ,et ce n’était pas un métier facile, et si je souligne ça ( Boris C) , c’est que ça vous paraît absurde! Mais c’est comme ça qu’il faut le dire, je crois : en se soumettant à une « doxa » sans critique possible, un langage totalitaire qu’il avait absorbé, qu’il avait intériorisé, qui lui avait permis d’avoir son « poste à responsabilités », il avait perdu tout esprit critique; pour lui il s’occupait bien de sa famille et il faisait un travail bien difficile : 10 000 corps à brûler chaque jour !

C’est possible que quelqu’un de cultivé et « gentil papa », « gentil mari », puisse commettre un crime sans aucune conscience de son crime? Il ne faisait qu’obéir ! Les inculpés de Nuremberg, tel Eichman, disaient « je ne suis coupable de rien, je n’ai fait qu’obéir »!il répétait ça comme un slogan.

Le seul moyen d’éviter cela est de critiquer systématiquement, et surtout prendre du recul pour garder ma capacité de jugement : j’entends que quelqu’un me propose une théorie, un autre témoignage?.. il faut que je voyage et rencontre d’autres systèmes politiques et relationnels , que je cherche à comprendre chacun d’eux , même si les idéologies sont différentes, même si les histoires et les cultures sont différentes, il faut que je cherche à comprendre, pour ne pas me soumettre à la théorie d’un Chef qui va me dire: nous seuls détenons la Vérité – les autres sont des « mécréants » qu’il est moral de tuer

Bonne lecture à tous – comme moi peut-être,  écouterez-vous  les infos avec plus de distanciation.

lefebvremichele2@gmail.com

gentil clown

tellement important