Tag Archives: phrases prédictives valeurs incarnées

Mythe fondateur

Danbé [dignité]

Aya Cissoko (Auteur), Marie Desplechin (Auteur)

Quand Marie Desplechin rencontre Aya Cissoko, elle est touchée par la singularité de son histoire. Née de parents maliens, Aya a connu une petite enfance habitée de souvenirs délicieux, qui prend fin avec la disparition de son père et de sa petite sœur dans un incendie. Élevée par sa mère dans le respect du danbé, la dignité en malinké, Aya apprend à surmonter les épreuves et trouve dans la boxe un refuge.

Trente et un ans, championne du monde de boxe anglaise en 2006, est aujourd’hui étudiante à l’Institut d’études politiques de Paris.

AYA CISSOCO

Un développement de vie et de liberté

Extraits de l’interview avec JP Elkabbach

…….Ma mère ne lit pas, n’écrit pas..

Mais elle m’a transmis plus que ça.

Elle m’a permis d’être indépendante – Ce qu’elle n’a pas pu recevoir, du fait de ses origines justement ; elle m’a donné une totale liberté, pour que moi je puisse acquérir le savoir, que je sois complètement libre, alors qu’ils ne savaient ni lire, ni écrire ; que je puisse me réaliser en tant que femme.

J’ai eu totale liberté, au même titre qu’une gamine occidentale..

Les mêmes libertés. Ma mère toute petite m’a dit : tu auras ta vie de femme, et tu ne répondras pas aux schémas qui sont ceux de ma culture. Elle le disait dans sa langue, mais de transmission, d’héritage. On doit se battre pour obtenir sa liberté. On doit se battre pour ne pas courber l’échine : la vie est une lutte au quotidien. Il n’y a pas de malheur définitif, et on se construit jour après jour et on se libère jour après jour. Ma mère m’a toujours dit «  on ne peut jamais t’obliger à être qui tu n’es pas »…

«  Il n’existe pas de fatalité dans ma vie – pas de déterminisme. Le titre du livre, c’est la dignité. … je suis « pauvre » à l’origine, mais voilà, je suis riche de plein de choses. La richesse ne sa mesure pas au matériel »

« Vous passez pour une personne autoritaire, indépendante et insolente, libre… ?( JPE)

« Je ne parle pas la langue de bois. Je suis venue à la boxe par hasard. J’ai commencé le judo en même temps et aussi le tir à l’arc et le volley ball. J’ai occupé mon temps avec le sport et la lecture.. »

« Vous avez été championne de boxe en 2006.. (photo de couverture du livre de Sandrine Letailleau)  Comment avez-vous vécu cette carrière ?..( JPE) »

« On est traversé par un grand nombre de questions : avant le combat.. qu’est-ce qu’on fait là ? Ce sont de grands moments de doute. Pour se battre, il faut avoir ses raisons ; une douleur à peine visible, mais dans le combat, on la maitrise. Les gens ne viennent pas par hasard vers la boxe. Il n’y a rien de naturel à donner et recevoir des coups . je pense que les gens ont des raisons beaucoup plus profondes que le dépassement de soi.

On n’a pas peur de la défaite ; se dire : je suis dans la vie quelqu’un de très peureuse – très pudique . ; voilà.. sur le ring, j’arrive à me libérer de tout ça et à me dépasser »

« Maintenant que vous ne montez plus sur le ring, qu’est-ce qui a remplacé tout ça ?.. qu’est ce qui pousse à se surpasser ? se donner en permanence des défis ?

(JPE) »

« je remplis ma vie de plein de richesses, et je choisis de vivre plein de choses . la jeune fille urbaine et occidentale que je suis est reliée par un fil invisible aux chasseurs cueilleurs africains. On hérite tous d’une histoire en l’occurrence, me concernant, ce sont les chasseurs cueilleurs, ce peuple qui a refusé de courber l’échine, qui défendait sa dignité, prêt à prendre les armes pour défendre sa dignité.. Ce sont des récits héroïques.. »

Je suis rentrée à Polytechnique …

Mon attitude avec les hommes ? J’ai toujours pris soin de séparer mes vies ; elles ne se rencontraient pas, elles ne se croisaient pas….

(extrait et fin de l’interview )

Miroir réfléchissant / test perso

Dans votre propre vie,  de quel « héritage » vous êtes vous libéré?

A l’inverse, existe-t-il un «  récit fondateur » ou un mythe que vous avez fait vôtre, et qui a dirigé vos choix

de  vie, comme principe fondateur ? 

Avez-vous parfois le sentiment qu’on vous oblige à « être » comme ‘vous n’êtes pas? »

 

http://www.photographie.com/magazine/publication/104699/img/upload/rauzier.jpg

Envie de réagir? partager ?

tellement important