Vampirisation du « système finance » impactant la culture

Quand le management affronte une indigence de cohérence.

interdépendance

L’introduction de la politique de résultats dans les sociétés de services (ou organisations à forte composante humaine) contraint à comparer des performances, et aligner des mesures pertinentes pour contenir des coûts et mieux cibler la pertinence des politiques managériales.

Dans ce contexte, il est difficile de ne pas être vampirisés par le département des finances . Les méthodes utilisées par le département financier sont ancrées dans une culture de gestion du risque  et du contrôle. Dans cette logique, ce qui est prédominant, c’est la pertinence des prévisionnels, l’analyse des écarts et les processus ( de fabrication) qui conduisent à ces données chiffrées.

pente forte

Lorsque l’état d’urgence est créé, sous l’emprise de la pression et de mesures imposées par la conjoncture,  les acteurs acceptent une forme de rationalisation de l’organisation, et  ils contribuent à trouver des sources de productivité, et des économies d’échelle.

Les systèmes de mesure de la performance, lorsqu’ils sont élaborés avec le groupe impactent la culture du groupe. La flexibilité des personnels à court terme, si l’on n’y prend garde, risque néanmoins de  s’essouffler : nous touchons là des habitudes, des représentations ancrées dans la culture, et au delà, la confiance ( la foi ? ) en un futur viable, qui conditionne la motivation, et la disponibilité mentale et émotionnelle au travail.

Les rapports produits pour le département financier sont tout à fait normaux,  mais ne doivent pas être confondus avec le système d’évaluation de la performance du management. Celui-ci est conçu pour guider les stratégies pertinentes pour parvenir aux résultats souhaités.

La collision, la superposition de systèmes et de logiques qui s’inscrivent dans un espace temps différent, invite à une analyse plus fine des enjeux :  chaque système est soumis à un rythme d’exécution dans le temps, qui sur le terrain est ressenti comme incohérent : la jonction entre différentes logiques a besoin de lisibilité, a besoin d’être explicitée : certaines parties du système /organisation,sont soumises  au temps et à l’espace ; les réflexes culturels eux relèvent d’une mémoire autant individuelle que collective – qui sous tend d’autres rythmes, d’autres lois, d’autres modes de gestion.

télescopage urgences

L’équipe dirigeante  a pour devoir  de pallier à l’indigence de cohérence : c’est la première cause d’essoufflement des équipes ; gestion du temps, des équilibres personnels  et professionnels,  « stress », autant de symptômes  qui sont l’expression de conflits à différents niveaux dans « le système organisationnel » .

Des effets pervers peuvent découler du pouvoir impropre que le département des finances a pris sur des objectifs à moyen terme .

Souvenez vous que la comptabilité est un indicateur , sorte de sillon laissé par l’activité – mais n’est en aucun cas un moteur de développement.

 

surchauffe

Applications :

Developpement professionnel : équipes de management

Titre :  la carte du mentor et du sponsor

95% de la population d’enseignants, lorsqu’ils sont interviewés,  survalorisent leur méthode pédagogique, comparée à celle de leurs pairs; 96 % des étudiants  universitaires interviewés considèrent que leurs aptitudes socio professionnelles dépassent largement la moyenne des autres écoles; quand Times Magazine a sondé les américains, leur demandant combien se considéraient dans le haut du palmarès des « nantis » ( 1% des plus riches possédants) 9O% se sont situés comme faisant partie de ces 1%  riches possédants….. Il semble que nous soyons tous des machines à sur-évaluer  ce que nous connaissons et que nous valorisons.

L’approche du leadership, privilégie désormais, autant que le QI, des capacités à travailler en groupe, à emmener l’adhésion et créditer les collaborateurs de talents singuliers.

Il ne s’agit pas de mesurer les années d’études, la valeur des diplômes, mais les capacités à créer de la valeur avec les équipes, à tous niveaux. Une attention particulière est apportée à des qualités comme l’empathie, la sensibilité à l’environnement, la connaissances de codes de communication ( 80% de la communication est non verbale), la capacité à créer la confiance et de faire crédit aux gens,  de s’enrichir des expériences pour avancer les projets et développer l’innovation.

 

upside down

Le rôle du Mentor : Votre « valeur » est invisible, jusqu’au jour où celui qui  a bénéficié de votre ouverture confiante (contrat) et de votre soutien, la manifeste à son tour, par ses comportements et son adhésion confiante aux projets.

Le rôle du Sponsor : Vous faîtes crédit ( parce que vous  connaissez votre richesse perso) à quelqu’un pour son talent particulier et vous acceptez qu’il ne réussisse pas du premier coup; votre confiance est constante et sécurisante pour la réalisation des projets. l’une des caractéristiques des leaders est qu’ils ne doutent pas un instant des capacités des gens qu’ils désirent emmener, pour l’aider à réaliser  son rêve; imaginez Martin Luther King, déclamant  » j’ai un rêve’ et penser que seulement 4% des gens devant lui  puissent accéder à son idée de justice et d’égalité des afro américians

Les gens apprennent des gens qu’ils aiment et respectent. la crédibilité est à ce prix – et elle se construit dans l’altérité. ( interactions productives de valeur )

Breitling ( Célèbre Horloger suisse) a sponsorisé l’aventure de Bertrand Picard pour son tour du monde en ballon. Le premier départ, devant les journalistes pressés de rapporter l’évènement exceptionnel, fut un échec ; l’aventure ne s’arrêta pas, mais pour le deuxième départ, annoncé un an plus tard, il y eut moins d’enthousiasme. Ce fut encore un échec. Pourtant Breitling maintint son soutien, pour financer le troisième essai – qui fut le  succès qu’on sait. Mais cette fois, peu de journalistes se déplacèrent.

Un chef d’orchestre ne joue pas une seule note, mais le succès d’un concert repose sur la façon dont il conduira les musiciens. Son pouvoir à lui vient de sa capacité à rendre les musiciens puissants: son job est de faire naître chez les gens des possibilités qu’ils ne se connaissaient pas. Cela fait une grande différence. Comment valider qu’on me voit comme un  leader? Quand les gens sont présents à ce qui se passe, leurs  yeux des gens brillent de plaisir et d’enthousiasme; il existe aussi d’autres signes que vous apprenez à observer. Et si cela ne se produit pas, alors je peux me poser la question :  » Qui suis-je pour eux? » « Qui » est-ce que je parais être?  » Quel message est-ce qu’ils reçoivent de ma part? ….

Il n’existe pas de différence  entre l’humanité d’un Chef d’orchestre, et celle d’un leader politique, celle d’un manager, dès lors qu’il est crédible, pour ce qu’il a à offrir. Pour les tenants inconditionnels  d’un monde « rationnel », sans passion, rappelons que les « traders » n’ont jamais été soupçonnés de pouvoir « dérailler » et accomplir des opérations insensées. ce sont des gens intelli

gents. Normaux. Alors dans quel ordre met-on les faits? La dernière question du juge, lors du procès Kerviel, fut « Qui êtes vous Mr Kerviel »?La réponse banale : un employé, un homme comme tout le monde… la complexité du monde invite à penser la cohérence de nos relations au monde.

 

upside down

 

Organisation : L’audit flash/ performance et management

Titre : pilotage des logiques systémiques et guide des bonnes pratiques professionnelles

Objectifs : Comment créer de la cohérence? Gagner du temps productif, et une clarification des rôles ( respect et valorisation de l’encadrement )

Parce que les temps des projets se télescopent, et que les parties prenantes, mettent en jeu des « intérêts » divergents, l’audit décline les processus propres à  :

1) Mettre à jour les logiques présidant au pilotage de systèmes qui fonctionnent en réseau (transversalité)

2) Elaborer des « capteurs » = valeurs de reconnaissance des groupes et élaboration des stratégies pertinentes ; référentiel & tableaux de suivi

3) Mesurer les écarts entre ce qui est perçu par le Top management et les cadres opérationnels; mise en perspective des critères de satisfaction du client final

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :